Questions-Réponses

  Questions-Réponses:
  • Bio carburants:

Les biocarburants sont des carburants issus de la biomasse, leur développement est autorisé et encouragé par l'union européenne depuis 2003 pour tenter de respecter les accords de Kyoto de 1982 visant à réduire les émissions polluantes, ainsi qu'à réduire le trou dans la couche d'ozone.
Les plus connus sont l'HV ( véhicules diesel )et l'E85 ( véhicule essence injection multi points ).

L' HV :huile végétale, de première presse ou de récupération est faite à partir de colza, tournesol ou autre.
Adaptée à la plupart des véhicules diesel, dans la limite d'un mélange (30% HV / 70% Gasoil), au delà, il est nécessaire d'adapter sur votre véhicule, le kit bicarburantion qui vous permettra de fonctionnner 100% Huile végétale !!!

LE BIOETHANOL :

Il existe plusieurs types de carburants contenant de l'éthanol la plupart sont des mélanges d'essence et d'éthanol à différentes proportions. On les désigne par la lettre E suivie du pourcentage d'éthanol dans le mélange : par exemple du E85 représente un carburant contenant 85% d'éthanol et 15% d'essence. Dans cette nomenclature, E100 désigne l'éthanol pur.

On trouve ainsi du E5, E7, E10, E15, E20, E85, E95, E100 en fonction du pays dans lequel on se trouve et de l'utilisation que l'on veut en faire.

En france, la commercialisation de l'E85 aux particuliers, légalement nommé Superéthanol, est officielle depuis le 1er janvier 2007.


L' E85 :les performances de la voiture restent les mêmes.

Les moteurs à éthanol actuels sont des moteurs à essence légèrement modifiés, notamment au niveau des joints qui sont améliorés pour résister à l'effet corrosif de l'alcool , les vehicules apres 1994 ont des joints et durites compatible avec le E85 . Les véhicules sont équipés soit de ces moteurs spécifiquement conçus pour l'éthanol, soit de moteurs dit Flex-Fuel , ou encore les boitiers " flex " pour transformer une voiture a essence en voiture bi carburant.

Flexfuel (ou VCM, Véhicule à Carburant Modulable) est le nom donné aux véhicules spécialement conçus pour fonctionner indifféremment au Superéthanol E85 et/ou au Super sans plomb classique. Plus précisément, les véhicules Flexfuel sont capables d’adapter automatiquement leur fonctionnement pour tout mélange d’essence et d’éthanol pur dans des proportions comprises entre 0 % et 85 % en volume d’éthanol, d’où le mot « Flex ». Ce sont en pratique des véhicules dotés de moteurs essences équipés de dispositifs d’injections, de capteurs électroniques spécifiques… De plus, les matériaux utilisés doivent être compatibles avec l’éthanol. L’éthanol est en effet plus corrosif que l’essence. Les durits, réservoir et autres conducteurs du mélange doivent être renforcés.

La consommation d'un moteur à éthanol est supérieure d'environ 25% à celle d'un moteur à essence ; toutefois, ses taux de compression sont plus élevés ce qui permet d'exploiter plus de puissance. En général, les moteurs à éthanol sont étudiés pour fournir des puissances et couples similaires à ceux des moteurs à essence. Cependant, certains moteurs "Flex-Fuel" fonctionnant indifféremment au super 95 ou à l'éthanol E85, fournissent des rendements supérieurs (plus de 10%) lors du fonctionnement sous E85. Les émissions nettes de CO² sont réduites d'environ 40%.

Il existe maintenant des kits " Flex " , c'est un boitier électronique qui ajuste le temps d'injection et permet aux voitures à injection multipoint ou monopoint de rouler librement au superethanol. Le kit existe au Brésil , aux USA , en Suède depuis des années . il y a plusieurs marques de kit "Flex" , Euroflex , ful.flex , flextek ... les tarifs sont de 300 a 600 euros pour un moteur 4 cylindres ( selon les marques ) avec des modèles de boitiers automatique ou bi carburant . plus de 30 000 voitures roulent au Brésil avec des kits flex , 90 % des voitures sont compatibles

  • Pourquoi mon voyant batterie reste allumé?
La batterie d'une automobile a deux fonctions principales elle fournit de l'énergie électrique à la voiture quand le moteur est arrêté. C'est elle qui vous permet par exemple d'allumer vos phares ou d'écouter la radio bien que le contact soit coupé. Mais c'est elle également qui fournit l'énergie nécessaire au démarrage du véhicule, en fournissant une grande quantité de courrant au démarreur.
 
Une fois l'automobile démarrée, c'est l'alternateur qui prend le relais pour faire fonctionner l'appareillage électrique. Le bon fonctionnement de l'alternateur est contrôlé par le voyant batterie rouge. Lorsque l'alternateur est hors service celui-ci ne fourni plus de courrant et le voyant batterie reste allumé.
Voyant batterie qui reste allumé la panne totale est proche ! 
  • Comment choisir mon ampoule "codes / phares"?

Une ampoule code / phare réglementaire doit faire 60 w en phare contre 55 w en code.Des lampes dites de compétition en vente libre bien qu'interdites sont plus puissante 100 /80 à 130/90 mais n'apporte rien de plus au niveau du rendement.Evitez aussi les ampoules de couleurs inhabituelle et mefiez-vous de celles à très bas prix,peu endurantes.

 

  • Quand dois-je faire ma vidange sur ma voiture essence ou diesel ?


Pour les véhicules essence tous les 7500 kms est une bonne moyenne, pour les véhicules diesel tous les 10000 kms, si vous faites moins de 7500 kms / 10000 kms dans l'année faite faire une vidange par an cela permet de porter un regard professionnel à votre véhicule afin de vous prévenir des éventuelles dégradations mécaniques observées et d'anticiper sur les réparations.

  • Quand dois-je faire contrôler la pollution de ma voiture ?


Pour les véhicules essence non-catalysé le contrôle et réglage doivent être fait tous les 15000 kms ou à défaut tous les ans.
Pour un véhicule catalysé essence ou diesel le contrôle se fait lors des révisions en faisant une analyse de gaz (
essence)ou un contrôle d'opacitée (diesel) afin de vérifier le bon fonctionnement des systémes de dépollution du vehicule et lors du passage au contrôle technique de votre véhicule.

  • Pourquoi monter des pneus hiver ?

Par temps de neige ou verglas (températures basses) monter des pneus Neige M+S (M+S = abréviation de « Mud and Snow » en anglais qui signifie boue et neige) car ils sont nettement supérieurs aux pneus Eté à partir d'une température inférieure à + 8°C, surtout sur route mouillée et / ou glissante.

La bande de roulement du pneu Eté durci et perd beaucoup de ses qualités lorsque la température diminue (tenue de route, freinage, adhérence, confort, ... ) et vice versa pour les pneus Neige à des températures plus élevées (gomme trop molle = perte de stabilité, freinage moyen, usure très rapide).

De fait, et vu les avantages et inconvénients de chacun, il est très fortement conseillé de monter 4 pneus identiques et ne pas utiliser seulement 2 pneus M+S pour l'hiver combinés avec 2 pneus Eté. L'expérience montre que, dans la réalité, s'il y a mélange des deux, cela peut influencer très négativement la stabilité et la tenue de route (danger !).

Il est possible de monter des pneus Neige (M+S) d'un indice de vitesse inférieur à celui préconisé pour le véhicule. Dans ce cas, il est obligatoire d'apposer un autocollant (disponible sur simple demande) indiquant la vitesse maximale valable pour ces pneus et ce bien en évidence pour le conducteur dans l'habitacle (tableau de bord par exemple). (arrêté du 24.10.94 - article 3.4).

Il faut savoir également que le volume d'air enfermé dans le pneu diminue lorsque les températures chutent. C'est l'une des raisons pour lesquelles le pneu neige doit être gonflé à une pression légèrement supérieure (+10%) et, comme toujours, être contrôlé régulièrement.

  • Comment savoir s'il faut remplacer la courroie de distribution ?


Seul un professionnel peut vous donner une réponse en fonction de la marque du type de motorisation et enfin des prescriptions de remplacement de celle-ci par le constructeur.
La périodicité de remplacement peut aller de 30000 à 120000 kms selon le constructeur automobile, enfin je vous conseille de la faire remplacer en temps et heure car la casse de la courroie engendre généralement des réparations importantes et coûteuses.
 

Petit tableau de devis rapides pour coût de remplacement

  • Quand dois-je passer mon véhicule au contrôle technique ?


Pour les véhicules essence et diesel particulier et utilitaire :

  •  
    •  4 ans après la date de 1 ère mise en circulation
    • Ensuite tous les 2 ans ( avec contrôle de la pollution dans un centre de contrôle technique tous les ans pour les véhicules utilitaires ) 

 

  • Mes obligations envers le contrôle technique ?

Les véhicules concernés par le contrôle technique en 2000 sont ceux immatriculés pour la première fois au cours de l'année 1996. Ils doivent se rendre dans un centre pour leur première visite.
Cette année correspond aussi:

Au second contrôle des véhicules examinés pour la première fois en 1998, et donc mis en circulation au cours de l'année 1994;
au troisième contrôle des véhicules examinés pour la première fois en '1995 et 1996, et donc mis en circulation au cours des années 1990,1991 et 1992.

Il ne faut pas attendre le dernier moment pour réaliser le contrôle technique d'un véhicule. Il doit être effectif à la date de son quatrième anniversaire. D'après la réglementation, le contrôle peut s'effectuer dans les six mois précédant la date anniversaire. Par exemple, si votre véhicule a été immatriculé pour la première fois le 20 juillet 1996 cette date figure sur la carte grise, vous pouvez effectuer votre contrôle entre le 20 janvier et le 20 juillet 2000.

Par ailleurs, les utilitaires légers moins de 3,5 t ? passés au contrôle technique en 1999 doivent retourner cette année dans un centre pour une visite complémentaire antipollution.
Cet examen doit être effectué avant la date anniversaire du contrôle initial.
En cas de non?conformité avec les normes de pollution, le propriétaire se retrouve en situation de contre?visite.

Visite complémentaire antipollution quels sont les véhicules concernés?

Il s'agit des véhicules particuliers (genre VP indiqué sur la carte grise) et des véhicules utilitaires légers d'un poids total en charge (PTAC) inférieur ou égal à 3,5 t.

Que faire lors de la vente de votre véhicule?

L'acheteur d'un véhicule d'occasion de quatre ans et plus doit obligatoirement présenter un procès?verbal de contrôle technique de moins de six mois à la préfecture pour obtenir le certificat d'immatriculation.

Le vendeur doit donc remettre à l'acquéreur non professionnel du véhicule, et avant conclusion du contrat, le procès?verbal de la visite initiale, avec celui de la contre?visite éventuelle.


Que faire en cas de contre visite?

Le défaut à réparer sera clairement identifié sur le procès?verbal de contrôle technique.

L'automobiliste dispose de deux mois pour effectuer la réparation chez un professionnel et présenter à nouveau le véhicule dans le centre de contrôle de son choix. Si le délai de deux mois n'est pas respecté, une nouvelle visite initiale est obligatoire.

Quelles sanctions en cas de défaut de contrôle?

Si un véhicule de plus de quatre ans ne possède pas son procès verbal de contrôle technique, le propriétaire est en infraction vis à vis du code de la route.
Il risque une amende de 900frs, ramenée à 600frs en cas de paiement immédiat, et majorée à 2500frs en cas de non?paiement.
Cette pénalité peut être aggravée d'une confiscation de la carte grise pendant sept jours, période durant laquelle le contrôle doit être fait pour récupérer le document administratif
.

  • Odeur d'oeuf pourri à l'échappement de ma voiture?

Des traces de soufre présentes dans l'essence peuvent être transformées en sulfure d'hydrogène par le catalyseur. C'est un cas fréquent lorsque le régime moteur est brusquement modifié ou après un démarrage à chaud du moteur. Cette odeur désagréable est sentie quand le catalyseur est neuf et peut disparaître dans le temps.

  • A quoi sert l'huile moteur ?

L'huile pour moteur a cinq fonctions principales :


1. elle s'immisce entre les surfaces en mouvement et les sépare afin d'éviter l'usure.
2. elle maintient en suspension les suies, poussières et résidus de combustion qui sont ensuite piégés par le filtre à huile.
3. elle protège les organes internes du moteur de la corrosion.
4. elle améliore l'étanchéité des segments du piston et participe à la qualité de la combustion.
5. Elle refroidit en limitant les frottements.
 

 

  • Qu'appelle t'on huile synthétique et huile minérale ?


L'huile minérale est obtenue à partir du pétrole brut par simple raffinage. Elle ne subit aucune transformation, et elle est utilisée comme base pour la préparation du lubrifiant. Son principal avantage est son coût moins élevé. Elle vieillit cependant plus vite, et elle ne convient pas aux moteurs travaillant à des températures élevées.
L'huile de synthèse est une huile dont la structure moléculaire a été modifiée afin d'améliorer ses performances. Trois solutions existent pour obtenir une huile de base de synthèse :

1. Le traitement d'une huile minérale par hydrocraquage. On fait passer de l'hydrogène dans une huile minérale sous fortes températures.

2. La synthèse chimique de produits dérivés du pétrole. Par manipulations chimiques, on obtient une huile correspondant parfaitement aux caractéristiques souhaitées.

3. La production à partir d'esthers d'origine végétale ou animale. La base est cette fois non plus le pétrole, mais des corps gras provenant d'animaux ou de végétaux. Les huiles fabriquées avec ce procédé sont de loin les plus chères du marché.

L'huile de synthèse présente une meilleure résistance au vieillissement, notamment lorsqu'elle est employée pour des moteurs. 

 

  • Que trouve t'on dans l'huile moteur ?


L'huile pour moteur est d'abord composée d'une base. Elle peut être minérale ou synthétique. Cette base est obtenue à partir du pétrole brut, lors du raffinage.
La base représente entre 60% et 95 % du lubrifiant moteur.
On trouve ensuite deux, parfois trois, catégories d'additifs. Ils sont obtenus par différents procédés tenus secrets par les raffineurs. Il s'agit d'additifs de performance : antiusure, antioxydant, détergents, dispersants, anticorrosion ou d'additifs de viscosité améliorant l'indice de viscosité.
Dans la troisième catégorie d'additifs, on trouve des produits dits " spéciaux " destinés, par exemple, à éliminer ou à diminuer la mousse à la surface de l'huile lorsqu'elle est violemment brassée dans le moteur.
Le volume d'additifs peut atteindre jusqu'à 40% du volume total de l'huile sur certains produits de haut de gamme. Plus que la base, c'est cette savante préparation qui fait la différence entre deux huiles pour moteur.

 

 

  • Qu'est que le grade d'une d'huile et son indice de viscosité ?

 


Le grade d'une huile indique sa capacité à conserver ses caractéristiques de fluidité et de viscosité à une ou deux températures extrêmes. Dans le cas d'une huile multigrade, il se présente sous la forme d'un code à trois composantes : un chiffre ou nombre suivi de la lettre W, elle-même suivie d'un second chiffre ou nombre (exemple 10W40). Dans le cas d'une huile monograde ne figure qu'un chiffre ou nombre qui peut être suivi de la lettre W.
Il y a quelques années, on trouvait encore sur le marché quelques huiles monogrades de type SAE 20 W. La température limite d'utilisation étant de moins 15°C, ce type d'huile était utilisé pendant l'hiver. Une fois l'été venu, on vidangeait et on passait à une huile plus adaptée à l'été, de type SAE30 ou SAE40.
L'indice de viscosité est parfois précédé de trois lettres : SAE. Il s'agit du nom de l'organisme (

Society of Automotive Engineers : société des ingénieurs de l'automobile) qui a inventé cette classification.
Le premier chiffre ou nombre renseigne sur la fluidité (on dit aussi le grade) de l'huile par temps froid. La lettre qui le suit signifie d'ailleurs winter (anglais). Plus le chiffre ou nombre est petit, plus l'huile reste fluide à basse température. Le second chiffre ou nombre indique la capacité de l'huile à rester visqueuse, c'est-à-dire à ne pas se liquéfier, par temps chaud. La température extérieure s'ajoutant à la température intérieure du moteur en fonctionnement, le risque de liquéfaction de l'huile est bien réel si le grade n'est pas suffisant.
Le premier nombre, suivi d'un W. représente donc le grade froid hiver : 5W, 10W, 15W. Plus ce nombre est petit, plus l'huile est fluide à froid et va faciliter le démarrage. Le deuxième nombre représente le grade chaud été: 20, 30, 40, 50. Plus ce nombre est élevé et plus l'huile reste visqueuse à chaud. Dans certains cas, climat chaud et conduites sportives, il est préférable d'utiliser des huiles visqueuses à chaud. Une huile dont la viscosité permet de passer deux grades est dite "multigrade" ou "toutes saisons". Aujourd'hui toutes les huiles sont multigrades (1OW-40, 15W-40...)
Attention, les chiffres ou nombres figurant dans l'indice de viscosité SAE ne correspondent pas à des températures minimales et maximales.

  • Quels sont les risques que je prends lorques mes amortisseurs sont usés?

Avec des amortisseurs défectueux votre sécurité et votre confort sont en jeu. Pour rappel : de bons amortisseurs permettent d'avoir un véhicule qui colle à la route et donc de limiter les rebonds de votre roue. Si les amortisseurs sont défectueux l'adhérence à la route ne se fait plus de façon optimale et vous risquez, à tout moment, de perdre le contrôle de votre véhicule. Ne jouez pas avec votre sécurité et celle de vos proches : faites vérifier vos amortisseurs tous les 20 000 km et faites les remplacer si nécessaire.

  • Comment utilser ma climatisation ?

En été:
Pour refroidir plus rapidement votre habitacle, évacuez la chaleur de l'habitacle en ouvrant les vitres pendant quelques minutes, ensuite fermez les vitres et mettez en marche votre climatisation en position recyclage pendant 5 minutes, puis coupez la fonction recyclage pour passez en mode normal.
Pour un meilleur confort, ne pas positionner le volet de distribution d'air en position "pieds".Preferez plutôt la position "frontal" ou "pare-brise".Privilégiez une vitesse de ventilation moyenne et optez pour une température de 20 à 23°.
En hiver:
Positionner le volet de distribution d'air en position "pare-brise" ou désembuage positionnez le volet de mixage en position "chaud" et mettez en marche votre climatisation.

 

Un conseil:
Pour augmenter la durée de vie de votre climatisation faites-la fonctionner tous les 15 jours au moins 10 minutes, été comme hiver, afin de lubrifier les joints .
  • Qu'est ce qu'un réglage parallélisme sur ma voiture ?

Parallélisme (pincement ou ouverture)

 

On appelle parallélisme l'angle formé par l'axe d'une roue (vue de dessus) et l'axe longitudinal du véhicule. Le parallélisme total est l'addition des parallélismes droit et gauche.
Lorsque les roues d'un même essieu sont orientées à l'avant vers l'intérieur, on parlera de pincement, représenté par une valeur positive, lorsqu'elles sont orientées à l'avant vers l'extérieur, on parlera d'ouverture (valeur négative).
Le but d'un réglage correct du parallélisme est d'assurer un roulement parallèle des roues lorsque le véhicule est en mouvement. Un mauvais réglage peut entraver la stabilité et la maniabilité du véhicule.
Le parallélisme se mesure soit comme une valeur angulaire (degrés-minute), soit comme une valeur linéaire (millimètres), fonction du type d'appareil de contrôle utilisé.

Le contrôle et réglage du parallélisme est à faire tous les 20000 à 25000 kms à l'occasion d'une révision ou si l'on constate une usure anormale des pneumatiques.

  • QUAND FAUT-IL CONTROLER LA PRESSION DES PNEUMATIQUES ?

Il est conseillé de vérifier la pression "à froid" car la pression augmente avec l'échauffement au cours d'une utilisation.
On entend par pneus froids, des pneus n'ayant pas roulé depuis une heure au moins ou ayant roulé 2 à 3 km, à allure réduite en ville par exemple.
Si vous êtes amené à vérifier les pressions après un certain parcours (pneus chaud) considérez que pour être correctes, elles doivent êtres supérieures de 0.3 bar à celles préconisées à froid.
  • ENTRETIEN ET RESPONSABILITÉ ?

Plusieurs articles du code de la route rappellent les impératifs d'entretien du véhicule.

La responsabilité du propriétaire mais aussi celle du garagiste sont mises en avant.

L'obligation générale d'entretien et de réparation des véhicules résulte de l'article L8?A 1 du code de la route: " Les véhicules doivent être entretenus et, le cas échéant, réparés de façon à assurer la sécurité de tous les usagers de la route et à minimiser la consommation d'énergie, la création de déchets non valorisables, les émissions de substances polluantes. Bien que cette disposition ne soit pas assortie de sanction, le défaut d'entretien ou de réparation ou leur mauvaise exécution peuvent engager la responsabilité du conducteur du véhicule, du propriétaire, du gardien ou du garagiste qui a opéré une réparation défectueuse.

Les dispositions du code de la route :

Les articles R119?1 et 120 disposent que les véhicules automobiles doivent subir, dans les six mois précédant le quatrième anniversaire de leur mise en circulation, puis ensuite tous les deux ans, et en cas de vente, un contrôle technique dans les conditions définies par l'arrêté du 18juin 1991. La présence d'un certain nombre d'organes et d'équipements est également prévue par le code:

Pneumatiques (art. R59), vitres (art. R73), essuie?glace (art. R74), marche arrière (art. R75), rétroviseurs (art. R 76), antivol (art. R 77), indicateur de vitesse et compteur kilométrique (art. R78), organes de direction (art. R78?1), commandes (art. R78?2), freins (art. R79), éclairage (art. R82 à 93), avertisseur sonore (art. R94), plaques d'immatriculation (art. R99), dont l'absence ou le défaut de conformité ou de fonctionnement sont sanctionnés par les articles R238, R238-1 et R239.

L'arrêté du 12 novembre 1963 relatif aux fumées produites par les véhicules automobiles (art. 3) leur interdit d'émettre des fumées teintées ou opaques. Celui du 16janvier 1975 soumet à contrôle les émissions de monoxyde de carbone des gaz d'échappement. Ces arrêtés complètent l'article R69, qui interdit l'émission de fumées, de gaz toxiques corrosifs ou odorants. L'article R70 interdisant les bruits gênants est complété par l'arrêté du 13 avril 1972, modifié les 7 janvier 1985, 27 janvier 1988 et 22 novembre 1993, relatif au bruit, qui limite les émissions sonores, et les soumet à contrôle; la sanction étant l'amende de troisième classe prévue à l'article R239. Aux termes des dispositions de l'article R278, les infractions aux dispositions des articles R69 et R70 peuvent entraîner l'immobilisation du véhicule.

La responsabilité du conducteur, du propriétaire et du gardien :

Le conducteur a l'obligation de s'assurer que le véhicule qu'il conduit est en état de rouler. En cas d'accident, il est présumé responsable. Le fait que l'accident soit dû à une déficience ou à un mauvais fonctionnement ne suffit pas à l'exonérer de sa responsabilité. Encore faut-il que la déficience soit imputable à quelqu'un d'autre, qu'il n'en ait pas eu connaissance, ou qu'il ait été dans l'impossibilité d'y remédier, et dans l'obligation de conduire. S'il a eu connaissance du défaut et n'a rien fait pour y remédier ou y faire remédier par le responsable, il engage sa propre responsabilité. Si le conducteur n'est pas propriétaire du véhicule, par exemple le salarié conducteur d'un véhicule appartenant à son employeur, il n'assume pas l'obligation d'entretien et de réparation du véhicule. Il doit informer le propriétaire du véhicule des désordres et des dysfonctionnements qu'il a pu constater. Le conducteur propriétaire est responsable de tout dommage dû au mauvais état d'entretien et de réparation du véhicule. Cependant, en qualité de non-professionnel, il n'existe pas à son encontre de présomption de connaissance, ni d'obligation de résultat. A l'inverse, le défaut d'entretien régulier par un professionnel peut être considéré comme une négligence. En outre, il est responsable de la réparation de ce qui est apparent: pneus lisses, mauvais fonctionnement des freins ou des feux, etc. Le propriétaire reste gardien, même s'il laisse conduire quelqu'un d'autre, pour un essai de véhicule ou pour dormir à côté du chauffeur. On peut supposer, dans ce cas, que la Cour de cassation va considéré que le propriétaire du véhicule était resté co-usager, et qu'il conservait le contrôle et la direction.

La responsabilité du garagiste :

Le garagiste est un professionnel. En tant que tel, il "est tenu, envers les clients qui lui confient un véhicule en réparation, d'une obligation de sécurité, dont il peut s'exonérer en prouvant qu'il n'a pas commis de faute " (Cour de cassation, 1re ch. civ., 9juin 1993).

Au même titre, il existe à l'égard du garagiste une présomption de connaissance, et une obligation de résultat. Cette dernière s'atténue avec le temps et le kilométrage effectué depuis la réparation.

Pour la présomption de connaissance, les professionnels de l'automobile savent, et les magistrats n'ignorent pas, que les véhicules actuels nécessitent souvent, pour être réparés, de disposer de renseignements, de documents, voire de matériels et d'équipement spécialisés. Il existe, à la charge des constructeurs, une obligation de mettre à leur disposition les renseignements et documents nécessaires (Règlement CE n' 1475/95 du 28juin 1995, considérant 28, art 6-12).

Ceci ne saurait constituer une excuse pour les petits garages, qui doivent s'abstenir d'effectuer les réparations qu'ils ne sont pas en mesure d'assurer de façon satisfaisante.

L'obligation de résultat, qui pèse sur le garagiste en ce qui concerne la réparation des véhicules de ses clients, emporte à la fois présomption de faute et présomption de causalité entre la faute et le dommage... (Cour de cassation, 1 re ch. civ., 8 décembre 1998). Ceci est très lourd dans la mesure où le garagiste a ainsi la charge de la preuve. En effet, en cas d'accident dû à une défaillance mécanique, si le véhicule a été récemment présenté à la réparation, ce sera au garagiste de prouver que les réparations nécessaires ont bien été effectuées. Si celles-ci sont défectueuses, sa responsabilité sera engagée. Au-delà de cela, elle pourra également l'être pour des travaux qu'il n'aura pas effectués, alors qu'ils étaient nécessaires.

La seule façon de se libérer de cette obligation consiste à faire signer au client une décharge.

Le document à établir pouvant consister dans un rapport d'examen du véhicule assorti d'un devis signé pour acceptation ou pour refus .

<!-- refgratuit.fr - txt - 1 --> <table border="1" bordercolor="#537100" cellpadding="0" cellspacing="0" width="50"> <tr><td align="center" bgcolor="#aaff00"> <a href="http://www.refgratuit.fr/" title="référencement gratuit" target="_blank" style="font-size:8px; color:#2d4300; font-family:Times Roman;">référencement gratuit</a></td></tr> <tr><td align="center"><marquee border="2px" bgcolor="#ffffff" style="font-family:Times Roman; font-size:8px; font-weight: bold;" height="16" width="100" align="middle" scrollamount="1" scrolldelay="20" onMouseOver="this.stop()" onMouseOut="this.start()"> <a href="http://www.refpayant.com/" title="referencement" target="_blank">• référencement • positionnement • référencement manuel professionnel discount •</a></marquee></td></tr> <tr><td align="center" bgcolor="#cddde2"> <a href="http://www.enfin.fr/" title="annuaires et moteurs" target="_blank" style="font-size:8px; color:#2d4300; font-family:Times Roman;">annuaires et moteurs</a></td></tr> </table> <!-- refgratuit.fr - txt - 1 -->

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×